travail

FNAS: Bonheur de travailler, bonheur d’entreprendre?

CONFERENCE. Le 06/12/2017. A l’occasion du congrès annuel de la Fédération Nationale Accompagnement et Stratégie qui avait lieu à Cély en Bière (77), Mickaël Mangot a donné une conférence sur les liens entre travail, entrepreneuriat et bonheur. Devant un public composé d’exploitants agricoles et d’experts-comptables, Mickaël a d'abord expliqué les contours du bonheur et sa mesure et présenté quelques résultats importants des sciences du bonheur. Puis il a abordé successivement les problématiques suivantes dans le but d'inspirer les participants :   Le travail et le bonheur seraient-ils (in)compatibles? Qu’est-ce qu’un emploi satisfaisant? Faut-il entreprendre pour être heureux? Faut-il changer de [...]

Les Fontaines: le quiz inattendu de l’économie du bonheur

ATELIER. Le 16/09/2017. A l'occasion de l'Experience Day 2017 (une édition placée sous le signe des émotions), le Campus Cap Gemini Les Fontaines, situé dans un magnifique domaine à Chantilly, a convié le 16 septembre Mickaël Mangot pour deux ateliers construits comme des "quiz inattendus de l'économie du bonheur". Dans ces ateliers Mickaël a testé les connaissances et les croyances des participants concernant les liens entre les comportements économiques individuels et les différentes dimensions du bonheur, notamment la dimension émotionnelle. Réunis par groupes de 3/4, les participants devaient répondre à différentes questions regroupées en trois thèmes: l'argent et le [...]

L’Echappée Volée : Faut-il se reprogrammer pour être plus heureux ?

CONFERENCE. Le 14/05/2017. Mickaël Mangot, directeur général de l'IEB, a ouvert l'édition 2017 de l'Echappée Volée qui se tenait à Chantilly les 12-13-14 mai autour du thème "Exponential Happiness?". Son "talk" de 12 minutes a porté sur la nécessité de se reprogrammer collectivement pour relancer le bonheur dans les pays riches. Quelques éléments tirés du "talk": "Si le progrès technologique est exponentiel, si le PIB par habitant est exponentiel, ce n’est pas le cas du bonheur. Non, il n’y a pas de loi de Moore du Bonheur. Le bonheur ne double pas tous les dix-huit mois comme le nombre [...]

La mondialisation nous a-t-elle vraiment rendus plus malheureux ?

TRIBUNE. Le Huffington Post, le 09/05/2017. Après une phase d'enrichissement collectif, on passerait à une phase d'appauvrissement général. Retour avec Mickaël Mangot sur l'erreur des économistes au sujet de la mondialisation et le besoin impérieux de transformer le modèle économique en vigueur. A la base de la mondialisation se trouve une erreur. Plus précisément une erreur grossière des économistes : penser que le bien-être se mesure à l'aune du pouvoir d'achat. Commençons par un petit rappel de la théorie économique qui a servi de cadre à la mondialisation. C'est celle des avantages comparatifs, introduite par l'économiste britannique David Ricardo (1772-1823) [...]

Tags: , |

« Moi Président, je ferais une campagne énergique pour la flexisécurité »

INTERVIEW. France Info, le 26/04/2017. Invité de l'émission "Moi Président" sur France Info, Mickaël Mangot prône une réforme du marché du travail en faveur de la flexiscurité. La flexisécurité, qu'est-ce que c'est ? Un mix de protection de l'emploi intermédiaire, permettant d'assurer de la flexibilité aux entreprises avec, parallèlement, une politique de l'emploi active via des aides à la création de l'emploi, du coaching, du mentoring, de la formation professionnelle... Une réforme qui permettrait une baisse du chômage (notamment longue durée), ce choc de vie terrible qui dégrade le bonheur des individus. Ecouter l'émission de France Info  

Présidentielles – Emploi : la flexibilité vantée par Fillon, un frein au bonheur ?

INTERVIEW. Challenges.fr, le 04/04/2017. Par Jean-Louis Dell’Oro. A quelques semaines du premier tour de la présidentielle, Challenges.fr tente d'analyser les mesures phares des principaux candidats sous le prisme de l'économie du bonheur, cette branche de l'économie qui analyse les situations et les comportements qui influencent le bien-être subjectif, c'est-à-dire déclaré, des individus. Après Benoît Hamon et son revenu universel, c'est au tour de François Fillon et de ses propositions sur la flexibilité du marché du travail. Dans son programme, le candidat de la droite indique qu'il souhaite "clarifier et sécuriser les règles qui régissent le contrat de travail et sa [...]

Travailler pour être heureux ?

Le 20/03/2017. Le travail occupe une grande partie de nos vies. Par la racine étymologique du mot (tripalium en latin), on pense plutôt au travail comme une corvée. Et pourtant le chômage est quant à lui associé à un profond mal-être. Alors, faut-il travailler plus, moins ou différemment pour être heureux ?   Souvent peu satisfaisant, le travail reste préférable au chômage La majorité des travailleurs sont moins satisfaits de leur emploi que de leur vie. Le travail est généralement consi­déré comme une des activités quotidiennes les moins plaisantes. Les travailleurs sont néanmoins beaucoup plus satisfaits de leur vie que les [...]

L’économie du bonheur pour les CHO

CONFERENCE. Le 11/01/2017. L'Institut de l'Economie du Bonheur a organisé le 9 janvier à la Maison des Ingénieurs de l'Agro une conférence sur le thème "L'économie du bonheur pour les CHO". Cette conférence a été l’occasion de présenter l’Economie du Bonheur, l'IEB ainsi que l'offre « Bonheur et entreprise » dédiée aux CHO. Dans cette optique, l’équipe de l’IEB a montré comment elle pouvait accompagner les CHO dans leur mission, à partir du cas pratique de la générosité en entreprise. Accéder à la présentation : conference-cho_l_institut_de_l_economie_du_bonheur

Tags: , , , |

Cours AgroParisTech : Introduction à l’économie du bonheur

FORMATION. Le 18/11/2016. Mickaël Mangot, le directeur général de l'IEB, a donné un cours d'introduction à l'économie du bonheur aux étudiants de l'AgroParisTech les 7 et 18 novembre 2016. Dans une série de trois interventions, Mickaël a développé successivement les thématiques de l'argent, de la consommation et du travail.

Qu’est-ce qui est le pire pour le bonheur : le chômage ou les mini-jobs ?

Le 07/10/2016. Si le chômage est si préjudiciable pour le bien-être psychique, bien au-delà de la seule perte de revenus qu’il occasionne, faut-il s’évertuer à le réduire à tout prix, par exemple en autorisant les emplois très mal payés ? Eléments de réponse avec l’exemple allemand. Très politique, la question est aussi très controversée. L’exemple allemand fournit toutefois une expérience grandeur nature qui offre des enseignements précieux. Parmi les réformes réalisées sous le gouvernement Schröder pour flexibiliser et améliorer le marché du travail allemand (appelées aussi réformes Hartz car inspirées par Peter Hartz, alors directeur des ressources humaines de Volkswagen) [...]

Show Buttons
Hide Buttons